A Whale Of A Business

Ted Griffin rides Namu

Ted Griffin & Namu, 1966

Ce film de 1997 parle du business créée autour de l’orque Keiko (plus connu sous le nom de Willy) ainsi que des dauphins (comme le dauphin Flipper*). Il montre les origines de ce business. Comment tout a commencé, quand, un certain Ted Griffin a été le premier à acheter une orque capturée, Namu, en 1965. Namu est décédée un an après sa capture à cause de la pollution des eaux  dans lesquelles elle était retenue.
Malgré les liens d’amitié et le respect qui s’était créés entre le dresseur et l’orque, Griffin ne pouvait se résoudre à en rester là. Pas après le succès et la célébrité qu’il représentait grâce à cette orque. Donc, il a commencé à capturer des baleines dans le monde entier. L’industrie de la captivité était née.


Je ne peux même pas commencer à exprimer ce que je ressens en apprenant ceci. Ted Griffin a eu l’opportunité de dire « non, les mammifères marins ne sont pas faits pour la captivité. Namu en est la preuve. Nous avons découvert que ce ne sont pas des « baleines tueuses » (« orque » en anglais se dit « killer whale », ce qui signifie « baleine tueuse »). Ce sont des créatures intelligentes, dociles, matriarcales, sociables, et qui doivent rester libres. » Mais il a envoyé cette opportunité dans l’oubli parce qu’il a été trop cupide et avide de célébrité… C’est tellement triste… En 1997, lors d’une interview, Ted Griffin ne présente pas ses excuses. « Ted Griffin makes no apologies ».

img28Brad Andrews, le vice-président des opérations zoologiques de SeaWorld me fait rire jaune dans ce documentaire. Souvenez-vous, c’est lui qui affirmait que les cétacés n’étaient pas plus intelligents que son chien (dans la vidéo A Fall From Freedom).
Il affirme ici que « ces animaux n’ont pas de prix. » Il est impossible de leur donner un prix. (C’est probablement pour ça que leurs trafics de baleines se déroulent si bien !!) Il prétend que les orques n’ont rien à voir avec le succès de SeaWorld. Ah oui mais la mascotte de SeaWorld n’est-elle pas une orque ? De plus, il est prouvé que 70 % des billets achetés à SeaWorld sont dus à la présence d’orques. En gros, leur orque la plus célèbre, Shamu (qui a réalisé des spectacles entre 1969 et 1971 – la première orque à survivre plus de 13 mois en captivité) est devenue leur Mickey Mouse. Leur poule aux œufs d’or.
Brad Andrews parle même de « collection d’animaux ». Je trouve que c’est un crime éthique que de collectionner des animaux sauvages. Des figurines, pourquoi pas. Mais des animaux vivants qu’on exploite pour le divertissement d’une clientèle, non !
SeaWorld a accueilli une baleine isolée dans ses bassins le temps qu’elle se rétablisse, en 1997. Quelle opportunité en or pour SeaWorld pour prétendre que leur but écologique et environnemental était réel ! « Quand vous avez douze millions de visiteurs dans les parcs SeaWorld, vous devez vraiment donner un impact sur les informations que vous enseignez concernant l’environnement, les animaux […] mais vous devez le faire de manière très ludique et très divertissante. » Donc, sa solution est de les transformer en bêtes de foire, les forçant à travailler tous les jours de l’année, jusqu’à leur mort.

En fait, les parcs marins deviennent des supermarchés. On peut y acheter des souvenirs sous forme de T-shirts, casquettes, etc. On peut y acheter des photos et même de la nourriture. Tout est mis en place pour inciter les visiteurs à consommer.
Il s’oppose aussi très clairement à la réhabilitation et à la libération de la star du film Sauvez Willy, l’orque Keiko. Les gérants de SeaWorld ne voulaient pas que la fin du film Sauvez Willy se scelle sur la libération de l’orque. Ils voulaient que la fin du film montre le déplacement de Willy dans un meilleur établissement : SeaWorld.

Ce qui est choquant, c’est de voir à quel point les portes paroles de SeaWorld nient les faits.
SeaWorld nie être à l’origine des captures d’orques, de fausses orques et de dauphins. Les orques étaient capturées dans les mers islandaises pour éviter le mécontentement du public américain quant à la capture d’animaux sauvages. Ces captures à l’étranger laissaient le temps à SeaWorld de demander un permis pour recevoir d’autres orques. Bien sûr, SeaWorld savait que ces animaux avaient déjà été capturés et qu’ils étaient détenus dans des petits bassins cachés dans des entrepôts. SeaWorld prétendait demander de nouvelles orques soit pour les emmener dans un meilleur établissement, c’est-à-dire, le leur ; soit pour des fins de reproduction, qui auraient également lieu dans un meilleur établissement, encore une fois, le leur.

opposition1-lg

SeaWorld continue de nier sa responsabilité dans les massacres du Japon. Le massacre de fausses orques au Japon dans les iles Iki est un fait très connu. Ici, SeaWorld prétend SAUVER quelques fausses orques du massacre. Ce sont des sauveurs ! « Nous allons payer des milliers de dollars pour sauver ces animaux ». Et c’est ainsi qu’ils encouragent les massacres : avec une promesse d’argent auprès des pêcheurs.
Chaque fausse orque présente dans les parcs marins des Etats-Unis a été capturée au Japon. Chaque fausse orque présente dans les parcs marins des Etats-Unis a donc vécu une expérience traumatisante au moment de sa capture. SeaWorld cautionne cela.

Vous aussi vous avez été choqués des images de captures de cétacés ? Vous aussi vous voyez ces parcs marins d’un œil différent ? Vous voulez aider ?

C’est très simple ! Les parcs sont un business qui fonctionne sur la relation entre l’offre et la demande. Si les gens arrêtaient d’acheter des billets pour visiter des parcs marins, alors les parcs arrêteraient les captures parce qu’ils n’auraient plus besoin davantage d’animaux. Tout ce que vous avez à faire c’est d’en parler autour de vous pour dissuader les gens de se rendre dans ce genre de parcs et d’en faire autant.

*Je reparlerai de Flipper dans un prochain post qui lui sera entièrement dédié ainsi qu’à son dresseur principal, Richard O’Barry.

____

Ted Griffin rides Namu

Ted Griffin & Namu, 1966

This movie from 1997 talks about the business created around the orca Keiko (more commonly known under the name Willy) as well as dolphins (such as Flipper*). It shows the origins of this business. How it all started when Ted Griffin was the first one to ever buy a captured orca, Namu, in 1965. Namu died one year after her capture because of the polluted water she was held in.
Despite the friendship bonds and the respect that grew between the trainer and his orca, Griffin couldn’t resolve himself to this ending. Not after all the success and the celebrity he had had thanks to Namu. So, he began to capture whales all around the world. The industry of captivity was born.
I cannot begin to tell you how I felt when I learnt all this. Ted Griffin had the opportunity to say “no, marine mammals do not belong in captivity. Namu proved it. We discovered that they are not killer whales, despite their name. They are intelligent, docile, matriarchal and social creatures that need to stay free.” But he blew this opportunity off because he was too greedy for money and fame… It is just so sad… In 1997, during an interview, “Ted Griffin makes no apologies”.

img28Brad Andrews, the Vice-President of the Zoological Operations of SeaWorld, gives me a forced laugh in this documentary. Remember, he’s the one who claimed that cetaceans were no more intelligent than his dog (in the video A Fall From Freedom)
He claims “these animals are priceless”. You can’t put a price on them. (This is probably why it is so easy for them to sell or buy whales whenever they want!!) He pretends orcas have nothing to do with the success of SeaWorld. Ah, yes, but their mascot isn’t the walrus but an orca, right? Besides, it is proved that 70 % of the tickets bought at SeaWorld are bought because of the orca show. Basically, the most famous orca, Shamu (who performed at SeaWorld between 1969 and 1971 – the very first orca to have survived more than 13 months in captivity) became their Mickey Mouse. Their goose that lays the golden egg.
Brad Andrews even talks about their “collection of animals”. I find it an ethical crime to collect wild animals. I mean, miniatures, why not. But real live animals to exploit for the customers’ amusement, no!
SeaWorld welcomed a stranded whale in his tanks for a while, in 1997. What a golden opportunity it must have been for them to pretend that their ecological and environmental aim was real! “When you have twelve million visitors at the SeaWorld parks, you really have to impact that learning process on what they might learn about the environment, the animals […] but you have to do it in a very fun, very entertaining way”.  So, his solution is to turn them into freaks, forcing them to work every day of the year, until their death.

In fact, amusement parks become like supermarkets. You can buy souvenirs like tee-shirts, hats, etc. You can buy photos, even food. Everything is in display for the visitors to consume.
He very clearly opposes himself to the rehabilitation and freeing of the star orca from the movie Free Willy, Keiko. Owners of SeaWorld did not want an ending where you could see the animal going back to the wild. They wanted the ending to show Willy being moved into a better facility: SeaWorld.

What’s striking is to see how SeaWorld representatives deny all the facts. SeaWorld denies that it finances the captures of orcas, pseudorcas and dolphins. Orcas were captured in the Icelandic seas in order to avoid discontent from the American public concerning the capture of wild animals. These foreign captures would give time to SeaWorld to ask for a permit for new orcas. Of course, SeaWorld knew very well that these animals had already been captured and were held prisoners in small tanks hidden in warehouses. SeaWorld only pretended to ask for new orcas to bring them to a better facility, that is to say, theirs. Or for breeding means, that would take place in a better facility, that is to say, theirs again.

opposition1-lg

SeaWorld keeps denying its responsibility in the massacres occurring in Japan. The massacres of pseudorcas in the Japanese Iki Islands are a very well-known fact. Here, SeaWorld pretends to RESCUE some pseudorcas from the massacre. They are saviours! “We are going to pay thousands of dollars to rescue these animals”. And this is how they encourage the massacres: with a guarantee that the fishermen will win a lot of money.
Every single one pseudorca that you can see in the American amusement parks was captured in Japan. Every single one pseudorca that you can see in the American amusement parks has therefore lived a traumatic experience at the time of its capture. SeaWorld supports this.

You too were shocked when you saw these images of captures of cetaceans? You too now look at amusement parks differently? You want to help?

It’s easy! Amusement parks work with the relation between supply and demand. If people stop buying tickets to visit amusement parks, then parks would have to stop the captures because they wouldn’t need more animals. All you have to do is spread the word in order to dissuade the public from visiting amusement parks and do so as well.

*I will talk about Flipper in a post to come, as well as Richard O’Barry, its main trainer.

Advertisements

Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s